Vidéos: Séminaire “Quelles politiques publiques pour une restauration collective locale et durable ?” – 15 novembre 2016

bandeau-seminaire-15-nov-petit

Le séminaire du 15 novembre était consacré à la présentation des principaux résultats du projet porté par le programme Lascaux “Typologie des politiques publiques de restauration collective locale et durable”.

Il a également été l’occasion de deux témoignages de représentants de collectivités :

  • Elu chargé de l’éducation, de l’Agenda 21 et du budget, Jacky Bonnet a présenté la démarche menée par la ville de La Couronne depuis plusieurs années en faveur d’une restauration collective responsable.
  • Chef de projet pour l’agriculture de Tulle Agglomération, Didier Bertholy a exposé le projet de zone d’installation et de formation agricole en cours sur le territoire de l’agglomération.

La restauration collective constitue pour les collectivités locales un levier d’action pour favoriser les transitions agricoles et alimentaires sur leur territoire, à travers des achats de produits durables et locaux, l’éducation alimentaire, la réduction du gaspillage, etc. Si les initiatives en faveur de l’approvisionnement en produits locaux et de qualité se multiplient, les obstacles juridiques, économiques, techniques sont encore nombreux. Comme son nom l’indique, ce projet (avril 2015-mars 2017) visait à établir une typologie des politiques publiques en faveur d’une restauration collective locale et durable. Il s’agissait d’une part d’identifier les marges de manœuvre des collectivités territoriales (communes, intercommunalités, départements, régions) pour mener à bien des projets locaux innovants en matière agricole et alimentaire, et d’autre part de favoriser le partage d’expériences.

Les vidéos du séminaires sont à présent en ligne, ainsi que les powerpoints de présentation.

Restitution du projet – Gaelle Bouchon, DRAAF Pays de la Loire, François Collart Dutilleul directeur du programme Lascaux, Sarah Turbeaux, ingénieure d’étude du programme Lascaux :

–> Powerpoint de restitution du projet “Typologie des politiques publiques de restauration collective locale et durable”

 

Présentation de l’expérience de La Couronne – Jacky Bonnet, élu chargé de l’éducation, de l’Agenda 21 et du budget :

–> Powerpoint de présentation de l’expérience de La Couronne.

 

Présentation de l’expérience de l’agglomération de Tulle – Didier Bertholy, chef de projet pour l’agriculture :

–> Powerpoint de présentation de l’expérience de Tulle agglomération.

Video: Regards de chercheurs sur l’évolution des modèles agricoles vers plus de durabilité (en espagnol)

Cette vidéo montre les interventions des chercheurs Emilie Gaillard, Fabrice Riem, François Collart Dutilleul et Julien Noël, à l’occasion du Colloque interdisciplinaire sur l’agroécologie à l’université de Rojas, Argentine, le 21 mai 2016.

Ce colloque a donné lieu au lancement du Réseau argentin des municipalités et des communautés qui promeuvent l’agroécologie, le RENAMA (Red Nacional de Municipios y Comunidades que fomentan la agroecología).

Le programme complet du colloque est consultable ici.

Vidéo: conférence sur l’accaparement des terres – Expo Universelle Milan 2015

Le powerpoint de l’intervention est disponible ici.

François Collart Dutilleul, directeur du programme Lascaux, était à Milan le 15 juillet dernier, où il a donné une conférence dans le cadre des “mercredis du pavillon de la France”.

Le thème, cher au programme Lascaux portait sur l’accaparement des terres agricoles.

Le phénomène d’accaparement des terres, ou « land grabbing », n’est pas nouveau. Des investisseurs, issus de pays dépendants des importations alimentaires et cherchant à sécuriser leur production alimentaire nationale, prennent le contrôle sur des terres agricoles dans d’autres pays. Les sociétés multinationales, les agriculteurs, l’agro-industrie ou les institutions financières figurent parmi ces investisseurs internationaux. Les États du Golfe, de Chine, de Libye, d’Inde et de Corée du Sud font partie des principaux acheteurs aux côtés des Occidentaux, dont l’Europe. Les deux tiers des transactions portent sur des terres situées en Afrique sub-saharienne.

Le principal argument mis en avant par ses promoteurs, est celui de l’efficacité économique et des avantages liés à l’investissement étranger : introduction de nouvelles technologies, création d’emplois, retombées économiques positives. Pour ses détracteurs, ce tableau occulte le fait qu’il repose sur l’expropriation, des agriculteurs en place (dans des contextes de flous juridiques concernant l’accès à la terre). Il ouvre aussi le risque à une agriculture « extractive », qui chercherait à exploiter la terre jusqu’à « épuisement » avant de se retirer vers d’autres horizons. Alors, qu’en est-il réellement ?

Pour voir la vidéo et l’article complet sur le site du magazine Alimentation Générale, c’est par ici.