Billet : La bactériose de l’olivier (à Xylella fastidiosa), Max Bugnicourt

La bactériose de l’olivier (à Xylella fastidiosa)

L’actualité nous met en alerte sur une maladie bactérienne de l’olivier qui se développe au sud de l’Italie (2013, Pouilles) en menaçant gravement les récoltes de fruits et en mettant en péril la survie des arbres producteurs. Quelques spécialistes indiquent l’origine de la bactérie sévissant en Italie comme américaine (Amérique centrale) et montrent du doigt les échanges internationaux de plantes. Abordons point par point les caractères de la bactérie en cause et découvrons une situation complexe, difficile à maîtriser, à circonscrire.

La maladie (appelée fastidiose dans les médias, à bannir) rattrapée par l’actualité est une bactériose due à Xylella qui est un bâtonnet banal à Gram négatif, décrit comme non mobile, à paroi plissée et ne formant pas de spore. C’est une bactérie apparentée au genre Xanthomonas (grand groupe de bactéries très répandues dans la nature), simplement originale par sa capacité à un transfert horizontal de gènes*. Elle est très difficile à cultiver** sur milieu synthétique composé et inerte (sans cellules vivantes).

C’est une espèce bactérienne naturelle isolée et identifiée (Wells et al, taxon créé en 1987) dans le groupe « végétarien » des bactéries apparentées à Pseudomonas (bactérie ubiquiste), à Erwinia (agent du feu bactérien chez les végétaux) et à Xanthomonas (ubiquiste avec nombreux phytopathogènes). Elle est en cause dans la maladie de Pierce*** (de la vigne) décrite depuis 1892 en Californie et Amérique du Nord plus largement ; la maladie est transmise par la greffe ; la première culture « axénique » du germe a été obtenue en 1978 ; l’espèce contient plusieurs sous-espèces (dire plutôt des pathovars) selon leur spectre d’hôtes ; il y a plus de 300 hôtes potentiels décrits ; ce sont principalement le prunier, le pêcher, l’amandier, les Citrus (Citrus variegated chlorosis), le caféier, l’orme, le chêne, l’érable, la luzerne qui sont touchés. C’est le xylème des plantes (canaux de la sève) qui est atteint, obstrué et la plante développe des brûlures marginales et un rabougrissement ; la maladie conduit au dépérissement (sur les différents hôtes). La transmission de la bactérie s’effectue par voie entomologique ; ce sont les homoptères et les hémiptères qui sont décrits comme responsables avec notamment la cicadelle (petit insecte homoptère sauteur, proche de la cigale).

L’aire de répartition de la bactérie est très vaste, mais il semble que son mode de relation ait changé avec son acclimatation à la région méditerranéenne sans que son régime « végétarien » ait vraiment été modifié. A moins qu’elle ait acquis des gènes d’Agrobacterium ou d’Erwinia. Autrement dit, en se focalisant sur le climat méditerranéen et en se « spécialisant » à un nouvel hôte devenu cible (l’olivier), cette bactérie a probablement ajouté à son patrimoine « agressif » vis-à-vis du végétal des propriétés exaltées de parasitisme (un peu comme les Rickettsies pour des animaux) et de virulence (capacité à envahir, à proliférer). Autant les hôtes précédemment décrits (chêne, érable, etc.) n’étaient pas collectivement en danger, tout porte à croire que cette « attaque » de l’olivier est systématique et durable (les arbres touchés restent porteurs et contagieux, les autres touchés sont détruits). L’expérience montre que pour sortir de la maladie de la vigne, il a fallu recourir à des traitements à l’eau chaude (45 à 50°C par trempage de segments), un peu comme on traite des viroses ! Des phytopathologistes sérieux (!) envisagent un traitement plus sûr et plus catégorique en sacrifiant les cicadelles par traitements insecticides.

Dans l’actualité qui nous préoccupe, je vois des facteurs aggravant la situation pour des raisons bactériennes et de scénario connu antérieurement ; j’en vois 4 principalement :

En 1, la maladie est passée semble-t-il de la phase endémique américaine à la phase épidémique italienne ; cela signifie que la bactérie a acquis une facilité à la dispersion ; qu’elle a « trouvé » un vecteur plus conquérant. Qu’elle a acquis aussi une facilité accrue à la colonisation.

En 2, en traversant l’Atlantique, la bactérie est passée du statut de généraliste à celui de spécialiste. Elle disposait en Amérique d’un socle riche et varié d’espèces végétales (herbacées, arbres, cultures) pour produire une espèce solide et conservatrice propice à développer des souches « aventurières ».

En 3, en général, les bactéries évoluent assez peu ou par à-coups ; nous sommes dans ce schéma d’exacerbation du statut de phytophage (consomme en partie l’hôte) en parasite dévastateur (changement d’échelle, la survie de la plante est menacée) ; il y a fort à croire que le transfert horizontal de gènes (probablement plasmidique) est en cause.

En 4, je suis préoccupé davantage pour la Corse que pour les autres régions en raison de son insularité, caractéristique qui a montré dans le passé avec l’Irlande**** l’exposition et la fragilité à l’anéantissement d’une culture par un fléau introduit.

Les éléments que j’énumère ici de 1 à 4 sont à prendre comme des curseurs et rien ne dit qu’ils soient tous poussés à l’extrême dans le cas qui nous occupe. Bien que la nature soit violente au quotidien, moins fréquemment extrême, je ne suis pas convaincu que la situation dégénère à l’extrême pour la région méditerranéenne, sauf que les 4 points évoqués sont en « marche » et nous n’avons pas de modèle antérieur pour analyser et prévoir l’amplitude du phénomène.

La mondialisation est en cause (via les transferts de plants contaminés, y compris d’autres espèces, d’autres genres) si l’on met la loupe jusqu’à observer la bactérie. Une bactérie américaine importée (caféier ou vigne ; à équivalence de climat), transportée en Europe et inoculée en Italie a trouvé un « terrain » favorable (sinon idéal) à sa prolifération et son évolution fulgurantes pour des conséquences massives et catastrophiques. Le scénario ressemble un peu (toutes proportions gardées) à l’histoire de la graphiose de l’orme des années passées. L’orme très affaibli a survécu. La France est expérimentée depuis longtemps dans la stratégie à adopter face à de tels événements, mais la bactérie reste « le maître de la situation ».

 

* Chez les bactéries comme chez toutes les espèces vivantes, le génome est transmis de génération en génération, c’est la transmission verticale qui est universelle. Dans certains groupes bactériens (plutôt ceux qui ont contracté des relations de partenariat avec d’autres organismes), il peut y avoir transmission de segments de patrimoine par contamination, par transformation, par conjugaison, parfois par transduction ; souvent (ou pas), les segments transmis sont incomplets ou mal codant ou non codant ; il arrive que ces segments soient codant et généralement pour des modifications dans le mode de relation, pas nécessairement dans le régime trophique.

** Certains auteurs disent « non cultivable ».

*** Probablement la première description des symptômes de la maladie à Xylella.

**** L’Irlande a connu au milieu du 19e siècle une crise historique sans précédent ; pour des raisons de monoculture (pomme de terre ; les moulins étaient détruits) et d’années consécutives de mauvais climat, le mildiou a ruiné totalement la production du légume, la population a été décimée (famine, épidémies) ; une partie s’est exilée (contribution à la fondation des Etats-Unis), une faible partie a survécu avec une natalité forte

 

Par Max Bugnicourt,

Auteur du Dictionnaire de Microbiologie Générale,

Ellipses Ed. 1995

 

Sources :

P Lepoivre, Phytopathologie, de Boeck Ed. ;

JJ Perry et coll. Microbiologie, Dunod Ed ;

LM Prescott et coll., Microbiologie, de Boeck Ed.


Vous aimerez aussi...