Billet : La médecine homéopathique en agriculture familiale et en agroécologie

Homéopathie à la fermeBillet de François Collart Dutilleul, directeur du programme Lascaux

Une expérience de long terme et innovante a donné lieu à la publication d’un ouvrage inhabituel, original et documenté. Il porte sur l’utilisation de la médecine homéopathique dans des élevages.

Sa première originalité est d’être écrit par des éleveurs qui se réfèrent à cette médecine ensemble, c’est-à-dire de manière collective avec l’accompagnement d’un vétérinaire homéopathe, Alain Boutonnet. Ils se sont régulièrement réunis durant plusieurs années pour écrire ce livre ensemble, appuyés sur leur déjà longue expérience d’approche collective de l’homéopathie en élevage.

Ce qui frappe le lecteur néophyte, c’est tout d’abord que « ça marche », que les animaux sont effectivement soignés avec succès, parfois aussi, mais finalement assez rarement, avec des échecs que les auteurs regardent avec lucidité, et sans oublier complètement l’allopathie dans certains cas qu’ils racontent.

Le fait que “ça marche” n’a pas seulement une signification médicale. Il a aussi une signification économique car les éleveurs ne persisteraient pas dans cette voie si leurs animaux mouraient et si leur exploitation devait en souffrir. Non seulement les élevages soignés de cette manière ne perdent rien de leur viabilité économique, mais les éleveurs réalisent de substantielles économies tant la différence entre le coût des traitements allopathiques et homéopathiques est importante. Les éleveurs, qui sont en réalité plus souvent des éleveuses, risqueraient-elles (ils) leurs animaux, leur exploitation, leur outil de travail si cette médecine n’avait pas d’efficacité ?

Par ailleurs, ce qui frappe également c’est que cette expérience désamorce bien des critiques récurrentes sur l’homéopathie, sur la part psychologique et sur l’effet placebo. Appliquée à une vache ou à une brebis, cette part, qui n’est sans doute pas pour autant absente, ne peut pas à elle seule expliquer le succès des soins.

L’homéopathie soigne l’animal malade, pas la maladie. C’est une différence essentielle avec un vétérinaire allopathe. Soignant le malade, c’est celui qui le connait le mieux qui peut le mieux le comprendre, sur la durée, en profondeur. Lorsqu’on soigne la maladie, l’animal compte aussi, bien sûr, mais il n’a pas vraiment son mot à dire et l’éleveur non plus. Car en homéopathie, ce qui compte est que l’animal “parle” à son éleveur ou éleveuse qui partage ensuite cette “parole” avec le vétérinaire.

Cela fait que l’homéopathie à la ferme nécessite une alchimie assez rare : une osmose entre l’animal malade, l’éleveur et le vétérinaire ; un rapport à trois êtres vivants et sensibles qui ont chacun à exprimer des choses différentes et complémentaires. Pour la plupart ils sont de la Drôme, avec une ou deux éleveuses d’ailleurs. Ils sont soudés. Ils aiment leur travail et aiment leurs animaux. Ils savent l’importance de les regarder et de les comprendre. Ils sont solidaires. Ils sont ouverts. Ils sont souvent elles. Ils savent raconter les histoires d’Uriti, d’Ultima ou d’Anouk. Ils racontent en même temps l’histoire d’Alain Boutonnet, ce vétérinaire pas comme les autres.

Il faut cependant préciser que l’homéopathie n’est pas généralisable dans tous les élevages. Lorsqu’on lit ce qu’il faut de patience, de sens de l’observation, d’attention au comportement de chaque animal, d’individualisation aiguë du regard, ce n’est sans doute pas possible de l’envisager au-delà d’un nombre limité d’animaux. Il faut d’ailleurs plus que cela. Il faut aussi que le ou la vétérinaire accepte de laisser son pouvoir total de côté pour être celui ou celle qui, sachant, est en mesure de guider, d’accompagner, de comprendre et d’aider à décider. Mais le rôle de l’éleveur ou de l’éleveuse est aussi important parce que c’est elle ou lui le maître des symptômes et le maître des animaux.

C’est pourquoi la médecine homéopathique paraît surtout adaptable en agriculture familiale ou en agroécologie. Mais même pour des types d’élevages qui en relèvent, la pratique de l’homéopathie supposerait un appui fort en politiques publiques : en termes de formation des vétérinaires et de formation des éleveurs. Cela supposerait aussi d’analyser les freins juridiques qui peuvent exister. Et cela supposerait une volonté publique visible.

Mais si on en est encore loin, ce livre a le premier mérite de mettre la question en discussion à partir d’expériences concrètes lucidement analysées et non à partir de positionnements idéologiques prédigérés.

Il faut donc lire et diffuser ce livre de témoignages à la fois individuels et collectifs. Même conditionnée à des exploitations de taille limitée, avec des éleveurs et éleveuses pleinement attentifs à chacun de leurs animaux, avec ces éleveurs et éleveuses abordant en groupe l’homéopathie à la ferme, avec le temps et l’envie de suivre des formations, avec l’aptitude à vivre aussi l’échec, avec un vétérinaire prêt à tout donner de ce qu’il sait tout en sachant s’effacer, cela vaut la peine d’y regarder de plus près.

Cela vaut la peine non seulement pour les animaux et les éleveurs, mais aussi pour les consommateurs qui peuvent ainsi éviter l’absorption de résidus d’antibiotiques donnés aux animaux ou d’autres molécules dont on ne maîtrise que très imparfaitement les effets (notamment de résistance) du passage à l’être humain. Les consommateurs ont aussi à y gagner en qualité.

Cela vaut donc la peine de lire, même si on ne sait pas si on croit à l’homéopathie, même si on n’est pas éleveur, même si on n’est pas bien sûr de faire la différence entre une tarentaise et une nantaise, bref même si on n’y connait rien et qu’on vit en ville, même si on est seulement buveur de lait, mangeur de viande et de fromage. Parfois, un livre, comme une granule, ça suffit à vous remettre les idées en place.

Collectif d’éleveurs, Homéopathie à la ferme ; Des éleveurs racontent, Préface de Jocelyne Porcher, éditions REPAS (http://editionsrepas.free.fr), 2012.


Vous aimerez aussi...

1 réponse