“Le petit guide du foncier nourricier” d’Un Plus Bio

Le Celt est heureux d’avoir été associé à la réalisation du dernier guide pratique d’Un Plus Bio, téléchargeable en cliquant ici ! « Le Petit guide du foncier nourricier » éclaire sous un angle inédit les possibilités d’action des collectivités locales pour faire face à l’accélération des enjeux alimentaires. Ce petit livret vert décrit les trois principaux modèles qui commencent à faire leurs preuves quand il s’agit de mobiliser le foncier de sa collectivité pour relocaliser. Il est le fruit des initiatives portées par les membres du Club des Territoires et d’une recherche-action menée dans le cadre de notre chantier « Friches rebelles ». ­ “Que sa lecture vous soit gourmande et profitable !” (Citation du livret)

A venir : Matinée Un Plus Bio sur la démocratie alimentaire le 19 octobre à Paris

Un Plus Bio organise une matinée sur le thème de la “Démocratie alimentaire sur nos territoires” le 19 octobre 2023 au Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Après une première Table Ronde “Ces collectivités qui inventent leur démocratie alimentaire”, où prendront la parole des représentants de différentes collectivités territoriales, Fabrice Riem du Celt interviendra pour poser la question suivante : “Démocratie alimentaire : de quoi parle-t-on ?”. Pour retrouver le programme complet : cliquez ici !

Manifesto for the Right to food – Opera Demopratica Ginevra

A la suite d’un forum de 3 jours réunissant les acteurs et actrices travaillant sur les questions de droit à l’alimentation et de souveraineté alimentaire dans le canton de Genève, a été rédigé un Manifeste pour le droit à l’alimentation : Manifeste pour le droit à l’alimentation Le droit à l’alimentation a été reconnu dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 et dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966. Changement de paradigme : de l’aide alimentaire au droit à l’alimentation Pour garantir le droit à l’alimentation, il faut un changement de paradigme. Il ne faut pas seulement garantir le droit d’être à l’abri de la faim (à travers l’aide alimentaire d’urgence, en nature ou monétaire), mais respecter, protéger et réaliser pleinement le droit de toutes et tous d’avoir un accès régulier, permanent et libre à une alimentation quantitativement et qualitativement adéquate et suffisante qui assure une vie psychique et physique, individuelle et collective, satisfaisante et digne. Pour réussir ce changement de paradigme, il faut créer un système permettant notamment d’éviter que l’alimentation soit une variable d’ajustement dans le budget des personnes ou des ménages. Il faut au contraire garantir que l’alimentation...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search