Origines et différentes phases du projet de recherche du CELT

Voici, dans le document téléchargeable suivant, une présentation des origines du projet du CELT et de ses différentes phases. Elle a été rédigée par Fabrice Riem, et exposée le 23 février 2021 lors de la rencontre entre le CELT et l’UMAU.

Document présentant les origines et différentes phases du projet du CELT

Nous entamons au début de cette année 2021 la 3ème phase. Cette étape s’inscrit dans le cadre d’un projet porté par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, dénommé: «solutions pour l’énergie et l’environnement» (E2S-UPPA).

Notre projet initial visait la sécurité alimentaire à partir de l’agriculture et de l’alimentation. Il a ainsi été doublement élargi:

          -depuis l’agriculture vers les ressources naturelles

          -depuis l’alimentation vers les besoins fondamentaux

Le projet du CELT se donne alors quatre objectifs tels que présentés dans le document précité.

En substance, le projet du CELT vise à concevoir une loi qui se distingue de la loi d’ajustement de l’offre et de la demande. Il a pour ambition de réfléchir à une manière d’établir une loi d’ajustement des ressources et des besoins.

La citoyenneté reconnue aux pollinisateurs et végétaux dans une ville du Costa Rica

Article de blog paru le 25 mai 2020

La petite ville de Curridabat, au Costa Rica, vient d’octroyer la citoyenneté aux insectes pollinisateurs, aux arbres et aux plantes indigènes. La reconnaissance de ce statut juridique leur permet désormais d’être défendus devant des institutions judiciaires.

Cette démarche s’inscrit dans un projet plus vaste de reconnaissance de la nature comme entité morale, de reboisement et de création d’un réseau national de corridors biologiques.

Pour plus d’information sur cette initiative, voir le lien suivant:

Costa Rica : une ville reconnaît la citoyenneté des pollinisateurs et végétaux

 

Projet de forêts nourricières et médicinales au Sénégal

Article de presse paru le 21 août 2020

Le programme Tolou Keur a pour objectif de renforcer l’autosuffisance des villages tout en luttant et de lutter contre la déforestation. Ce projet a été lancé par l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte (ASERGMV).

Pour plus d’information, voir le lien suivant:

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/08/21/le-senegal-lance-un-projet-de-forets-nourricieres-et-medicinales_6049541_3212.html